Danse élargie 2012 / Théâtre de la Ville

Retour sur les trois performances primées lors du concours international en live, au Théâtre de la Ville les 16  et 17 juin. Une fenêtre de 10 minute est allouée à chaque concurrent pour communiquer sa vision de la danse dans son acceptation la plus ouverte.

1 er Prix : PAULINE SIMON / EXPLOIT – France

Pauline Simon s’empare de la bande-son d’un événement sportif (record  en natation)  pour y incruster sa gestuelle régie par d’autres lois. Au départ, en silence, deux danseuses entament des mouvements lents soumis à la gravité et l’équilibre. La voix du présentateur en direct fait irruption dans l’espace puis s’accélère et se passionne, adoptant le débit de circonstance. Dans un simulacre de nage au sol, les deux danseuses tentent de se conformer à la narration tandis qu’une chenille de danseurs en reptation vient à leur rencontre… La situation se retourne lorsqu’une des interprètes récupère le micro assorti du discours du présentateur. De manière imprévue, elle reprend à son compte une formule qu’elle scande, déforme et transcode en psalmodie rap. La danse reprend alors le dessus et continue jusqu’à épuisement…

2ème prix : CHIEN-YING WU / DANCING IN BADMINTON – Taiwan

Action. Échauffement en règle pendant qu’est reconstitué sur scène un terrain de badminton défini par douze bandes collantes blanches. Sur un écran géant,  la même question est posée successivement aux quatre joueurs : Selon vous, le badminton a-t-il une relation avec la danse ? Les avis sont partagés. Donc au spectateur de voir ! Premier échanges avec des consignes de jeu : pas de smash, kill interdit… Une qualité de jeu toute en longueur s’instaure. Puis en fonction des injections suivantes, d’autres types de gestuelles impliquant frappes, sauts, déplacements tendus, et  mouvements  précis de raquettes se succèdent, jusqu’à la poignée de mains rituelle.  À son insu, l’oeil est conduit à percevoir des gestes dansés et identifier des codes. Le tour de force du chorégraphe est là. Il déplace les enjeux d’un match pour nous réorienter sur son propre terrain.

3ème prix : OLGA DUKHOVNA / KOROWOD – Ukraine

Quatre poupées revêtues d’amples robes blanches s’animent et partent en marche rangée. Ces danseuses donnent l’illusion d’être montées sur des roulettes. En réalité, elles utilisent la Beriozka, une marche glissée et aérienne transmise par la tradition du ballet russe. Sous les traits d’une femme en tenue de ville, un élément perturbateur va chahuter ce bel ordonnancement de la scène. Rencontre, télescopage, rupture des lignes et des figures. Le chaos s’installe mais progressivement les pas s’ajustent, les rythmes s’accordent, les rapports se clarifient.  Tout  rentre dans l’ordre. Une belle démonstration de la mécanique des marches, sujet de prédilection de la chorégraphe.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s