Liu Bolin / Galerie Paris-Beijing

liu-bolin-galerie-paris-beijing

Un paradoxe vivant. Sur la scène artistique internationale, Liu Bolin se distingue par sa capacité à disparaître. Sa première performance date de 2006 quand l’artiste chinois, initialement sculpteur, voit son atelier rasé par le gouvernement. Sans faire de vague, il adopte une posture de protestation muette. Endossant un costume d’ouvrier révolutionnaire surpeint, Liu Bolin va se fondre dans les décombres, immobile pendant de longues heures. Le performeur dit emprunter le camouflage comme un mode de survie animal. Une image à première vue sans aspérité, mais à la portée symbolique profonde. En se soustrayant aux regards, il cherche à montrer comment le développement effréné de son pays absorbe et leurre les individus.

Actuellement, la galerie Paris-Beijing expose les photographies de plusieurs étapes de ce processus d’effacement. Des séries Hide in the City et Invisible Man, jusqu’à la commande du Harper’s Bazaar Lost in Fashion. Liu Bolin y raye Jean-Paul Gaultier d’un territoire composé de marinières. Une éclipse remarquée dans le luxe.

 Liu Bolin / Galerie Paris-Beijing / jusqu’au 9 mars

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s