Altérité / Je est un autre – Espace Culturel Vuitton

alterites-je-est-un-autre-vuitton-tazliach-mal

L’art du voyage, c’est aussi la découverte de l’altérité sous forme introspective. L’Espace Culturel Vuitton propose d’explorer cette thématique et de visiter la géographie intérieure d’artistes issus du monde entier.

L’exposition s’ouvre sur l’effacement des frontières entre masculin et féminin, des autoportraits photographiques de Pierre Molinier. Fantasmes sur fond de travestissement et photomontages mêlant le propre corps de l’artiste à celui de créatures sexuées.

Le transgenre est aussi le sujet obsessionnel de l’Israëlien Gil Yefman. Organes hypertrophiés, secrétions corporelles, liquides et humeurs aqueuses alimentent un tricotage inextricable. Une sorte de joyeux bordel captivant qu’on appréhende d’abord sous forme d’ouvrages de laine, puis par un dyptique animé ou l’artiste revêt lui-même ces oripeaux de l’entre-deux/In between. Là où le sexe tient à un fil…

La figure marquante de l’australien Leig Bowery, drag-queen des années 80, est présentée dans une zone d’ombre. Photographies de performances stylisées à outrance, mais aussi un costume en fourrure de dalmatien, un pas de plus vers l’animalité.

A l’ombre des jeunes filles à fleur de peau : derrière les autoportraits de la jeune américaine Francesca Woodman transparaît une recherche plastique mais aussi le hors-champs de l’intime. Les clichés mettent à nu les leurres et les flous. Elles tendent vers l’effacement progressif du sujet, comme une prémonition de sa disparition prématurée. Dans une série inspirée par le quartier populaire d’Harajuki de Tokyo, la japonaise Tomoko Sawada se duplique systématiquement. Elle et son alter ego arborent des déguisements de petites filles stéréotypées, symptôme de la dissolution de l’identité dans des double-jeux.

Ce tour du monde de l’altérité passe aussi par les contrées schizophréniques de l’exil dépeintes par l’afgan Reza Hazare, les visions en vase-clos de Tal Mazliach depuis un Kibboutz, le masque/miroir diffractant de Kader Attia en provenance du continent africain. A la suite de Rimbaud, on est en partance vers des territoires mouvants dont il est difficile de sortir indemne.

Altérité – Je est un autre / Espace Culturel Vuitton / Exposition jusqu’au 15 septembre

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s