Tabac rouge – James Thiérrée

tabac-rouge-james-thierree- theatre-de-la-ville

Dès le placement en salle, le courant passe. Le spectateur contemple un enchevêtrement de fils et de bouffées de fumée, prémisse d’un décor grandiose, déglingué, allumé… Ce Tabac rouge va se consumer dans l’incandescence et s’aspirer à pleins poumons.

Dans la distribution parisienne, l’acteur Denis Lavant incarne le maître de ces lieux underground. A la limite de l’impotence mais tout-puissant, il gouverne au doigt et à l’œil ce royaume ténébreux où toute parole est proscrite. Il peut plier les murs à sa volonté, régir une armée de danseuses, bannir un sujet du plateau, imposer à distance des décharges électriques…

La gestuelle adopte la mécanique de précision propre à James Thiérée, avec des clins d’oeil à Charlie Chaplin. Ici tout est expressif, saccadé, mouvant, glissant. Les machines sont reines, elles sont montées sur roulette et commandent des réactions en chaîne avec les humains, perçus par moment comme des automates. Le décor joue un rôle majeur. L’espace est dominé par une cloison pivotante, inclinable et réversible, créant des jeux de miroirs oppressants.

L’électricité coure sur les fils rouges de la pièce. La bande sonore intègre des grésillements électrostatiques. Une manivelle actionnée par le lieutenant du roi fait varier l’intensité lumineuse de la scène …et de la salle. Des abat-jours deviennent couvre-chefs scintillants. Une danseuse s’attire les foudres du royaume. Touchée, elle est stoppée net dans son élan et exige réparation auprès d’une machine à coudre. Plus tard, une série d’électrochocs ressuscite le roi inerte.

Dans cet univers clos, un sujet déclenche un mouvement de révolte pour démanteler l’ordre établi. Soulèvement et prise de parole dansée. Procès en règle de la rebelle. Puis survient un revirement par le miracle du verbe : le roi parle ! Le joug est levé. Les murs tombent, s’élèvent et se métamorphosent en un mobile miroitant.

Un enchantement sous haute-tension.

Tabac rouge / James Thiérrée – Au Théâtre de la Ville jusqu’au 8 juillet – puis reprise pendant la saison 2013-2014

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s