Inside / Palais de Tokyo

inside-palais-de-tokyo-eva-jospin

Dès le hall d’entrée du Palais de Tokyo, votre regard est happé par des formes humaines rampant dans un réseau de boyaux plastique en suspension. Tape Paris, de Numen / For use, est partie intégrante du fil introspectif d’Inside, un parcours qui semble repousser les limites de la claustrophobie. L’exposition / expérience va vous engloutir jusque dans les entrailles du bâtiment.

Que cachent les profondeurs de la forêt taillée dans le carton par Eva Jospin ? Faut-il traverser le miroir illusionniste de Marcius Galon ? La plupart des œuvres présentées ici vous engagent physiquement ou psychologiquement, ouvrant sans cesse de nouvelles portes et brouillant les pistes. Le chalet Refuge de Stéphane Thidet prend des allures diluviennes et inhospitalières, une maison se consume de l’intérieur sous l’œil distrait de ses propriétaires (voir la vidéo Burn de Reynold Reynolds et Patrick Jolley).  Attention à ne pas tomber dans l’escalier saturé de graffitis et rébus par Dran, qui vous détournent d’un cheminement rationnel.

Marc Couturier, habité par la Genèse, couvre les murs de ses Dessins du Troisième jour. Les vibrations du graphite laissent entrevoir la séparation des eaux et de la terre. Autre référence biblique, Abraham Poincheval s’introduit Dans la peau de l’ours et séjourne une semaine dans cet antre, tel Jonas dans la baleine. Mike Nelson vous fait rentrer par 4 chemins dans un sarcophage en béton armé, dont le centre névralgique reste inaccessible. Les cabanes en marbre monolithiques de Ryan Gander demeurent murées. Les adolescentes gothiques de Sookoon Ang vous exhortent à les exorciser, tandis qu’Araya Rasdjarmrearnsook s’entretient longuement avec ceux qui séjournent, sans vie, en chambre mortuaire.

Vous contemplez des arbres étranges en 3 dimensions germés sur le terreau de tests psychologiques. Que cache cette forêt de symboles ? Trop-plein d’émotions ou de sensations fortes… Les commissaires d’exposition, Jean de Loisy, Daria de Beauvais, Katell Jaffrès, ont introduit vers la fin du parcours un sas de décompression salutaire, pensé par Bruce Nauman. Pour trouver sereinement le chemin vers la sortie.

Plus d’info – voir les œuvres

INSIDE / exposition au Palais de Tokyo – Jusqu’au 11 janvier

Publicités

2 commentaires

  1. L'Ébouriffée · novembre 14, 2014

    Ah tient, ça me donne envie d’emmener les ados (mais non pas pour les perdre dans cette forêt de symboles) ;)… Merci pour ce billet !

    J'aime

  2. iristouch · novembre 14, 2014

    Tes – grands – petits Poucet ont certainement plus d’un tour dans leurs sacs.
    Attention, pour infiltrer cette expo le w-e, prévoir de venir à l’ouverture. Pas mal d’attente…

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s