La Matrice et ses associations – Isabelle Roy / Musée Singer-Polignac

isabelle-roy-la-matrice-musee-singer-polignac

Dans l’antichambre des limites. La Matrice d’Isabelle Roy sonde les fantasmes, les rêves et l’intime. Elle englobe tout un processus de gestation qui débouche vers 4 espaces emboîtés, 4 sections d’un projet mouvant intitulé La Chambre. Le moment venu, l’artiste les expose en différents lieux, comme récemment La Chambre des Fantasmes à La Maison Rouge… En installant cette Chambre au sein du Musée Singer-Polignac, Isabelle Roy cultive la proximité de son art avec celui des patients de l’établissement Sainte-Anne, qui peuvent participer régulièrement à ses ateliers.

Pour s’immiscer dans La Matrice, commencer par franchir l’enceinte du Centre Hospitalier Sainte-Anne, demander le chemin vers le Musée Singer-Polignac et descendre une volée de marches enchâssées dans un couloir blanc, vers une porte cachée. Premières impressions : une salle voutée, plongée dans la pénombre et la torpeur, un cocon de textile laineux qui invite à se blottir contre ses parois, la perception d’une respiration profonde, et la découverte d’un orifice aménagé à hauteur des yeux pour se glisser dans cet espace mental… A l’intérieur, la vision d’une femme allongée, reposant sous un monceau de fleurs luminescentes et de son avatar au regard hypnotique, chantonnant une berceuse italienne. La prégnance du médium textile fait songer à Louise Bourgeois.

L’oeil balaye les replis de ce cocon blanc comme une page vierge, favorisant toutes les associations possibles. Il est peuplé de formes de verre alambiquées, de poupées fracassées, de masques grimaçants et laisse entrevoir un monde à la lisière du rêve, de la conscience, ou de la mort. Il pourrait être un espace limbique habité par un poisson naturalisé surgit des profondeur d’une cuvette de toilette, de draps brodés d’organes vitaux, de linge froissé, au coté d’un coq blanc perché sur une coiffeuse, de miroirs de toutes sortes, de liquides lactescents… Toute cette fantasmagorie d’objets, d’images et de sons, vous happe. L’expérience dure le temps d’un cycle de 3 minutes, qui anime et dévoile progressivement l’intérieur de la Matrice. Elle peut sembler une éternité…

Dans cette nouvelle exposition, le Musée Singer-Polignac reste fidèle à sa ligne muséographique. Pour décloisonner les genres et ouvrir le regard, il expose dans la salle attenante des œuvres de patients / artistes conservées au sein de la Collection Sainte-Anne. Des images à relier à La Matrice, là où se trament d’innombrables mystères.

La Matrice et ses Associations – installation d’Isabelle Roy et exposition d’oeuvres de la Collection Sainte Anne / Musée Singer-Polignac – Jusqu’au 22 Mars (prolongation)

En savoir plus sur le projet La Chambre

Publicités

Un commentaire

  1. lejoyeuxbazar - Céline · mars 6, 2015

    Merci beaucoup pour cette découverte et ravie de t’avoir rencontrée à l’apéro blog mercredi :) A bientôt !

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s