Tout est parti d’une colonne – Lyes Hammadouche / Collège des Bernardins

tou-est-parti-d-une-colonne-lyes-hammadouche-college-des-bernardins

Mécanique céleste. Artiste en résidence au Collège des Bernardins, Lyes Hammadouche a réordonnancé la sacristie selon un espace-temps aux repères flous. Un espace-temps qui pourraient s’étirer entre les pôles de la construction datée d’il y a 8 siècles et un futur multidimensionnel.

Comme un écho lointain au son primordial perçu à des années lumières de cela, un cylindre de bois brut martèle la pierre tombale du moine Günter à intervalles réguliers. Il communique ses vibrations à une source laser qui distend le maillage de tout l’espace par reflets interposés. Autre dispositif, Le Murmure des Miroirs projette le crissement d’une pointe diamant vers une autre dimension acoustique, dans un son continu façon Odyssée de l’Espace. Aux murs, comme mues par un système solaire, les ombres et lumières évoluent. Elles sont accompagnées par la révolution permanente de rouages évoluant autour des colonnes centrales, piliers de l’édifice. Un paysage lunaire hypnotique, inclus dans un disque en rotation, se transforme par cycle de 60 secondes. Il renvoie au jardin Zen d’essence minérale, placé entre 10 miroirs, au centre de la sacristie.

Cette chorégraphie, réglée dans ses moindres engrenages, sonde les lieux et les consciences. Sommes-nous toujours in situ ?

Tout est parti d’une colonne – Exposition de Lyes Hammadouche / Collège des Bernardins – jusqu’au 5 juin

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s