De Degas à Redon, le Petit Palais consacre l’art du pastel

 

Attention : fragile ! Le pastel est une matière hypersensible à la lumière qui requiert une conservation dans la pénombre pour préserver ses pigments d’origine. Le pastel fut considéré longtemps comme une catégorie subalterne vouée à l’étude préparatoire et au service des toiles peintes sur châssis. De ce fait, de nombreuses esquisses réalisées à la craie ont été détruites…

expo-pastel-petit-palais-5

Ephémère et ambigu, ce medium sert à merveille les effets graphiques comme les effets picturaux, entre trait nerveux du dessin et rendu lisse de la peinture à l’huile. Gras ou sec, il recèle des potentialités artistiques insoupçonnées. Avec cette exposition, le pastel sort de sa réserve et s’affirme comme un art majeur.

Le Petit Palais expose à titre exceptionnel 130 oeuvres issues de ses collections. Sorti de l’ombre des réserves et mis en en lumière sur les cimaises, cet ensemble fait apparaître des possibilités créatrices méconnues et nous incite à changer notre regard sur le statut du pastel.

La première salle dédiée à son âge d’or, au 18ème siècle, sert d’antichambre à l’exposition, même si elle s’ouvre sur le splendide Portrait d’une jeune princesse russe par Élisabeth Vigée-Lebrun. La diversité des formes se laisse percevoir au fil des courant artistiques qui ont scandé la fin du 19ème et le début du 20ème siècle : naturalisme, impressionnisme, symbolisme, sans oublier la vogue des pastels mondains.

La scénographie fait ressortir chaque particularité des maîtres. Elle permet d’appréhender la liberté du trait de Berthe Morisot, (Dans le Parc), le sens du détail sur le profil mystérieux lisant Le Journal (par James Tissot), les jeux de lumière capturés par Emilie Guillaumot-Adan (Au Soleil), les visions chatoyantes d’Odilon Redon…

Ponctué de citations, le parcours sait orienter le regard vers toutes les subtilités du medium. « Le pastel, cette matière si souple et si fragile, qui tient du pollen des fleurs ou de la cendre brillante qui poudre les ailes des papillons, convient surtout pour reproduire la suavité des chairs féminines et les chiffonnements soyeux des belles étoffes. » écrit Judith Gautier lors de l’exposition des pastellistes de 1887.

Une belle envolée à l’image de cette exposition lumineuse !

L’Art du Pastel de Degas à Redon / Petit Palais – Jusqu’au 8 avril 2018
M° Champs-Elysées Clémenceau

Du mar. au dim. de 10h à 18h
Nocturne ven. jusqu’à 21h – Fermé lun.
Tarif : 11 € – Tarif réduit : 8 € – Gratuit – 18 ans

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s