The Souvenir Factory / D’Days

the souvenir factory D Days

L’expérience du parfum aux D’Days, rive gauche ! Jean Jacques, parfumeur-créateur chez Takasago, a confectionné 12 senteurs distinctives pour les show rooms design du quartier Bac / Saint Germain.12 touches parfum à humer et collectionner !

> article à lire sur le site de la Fragrance Foundation

Publicités

D’days / Boffi – Taken at the f(l)ood

ddays-boffi-taken-at-the-flood

Chez Boffi, on improvise un pique-nique écolo-chic ! Une bande de Robinsons des mers du Nord, plutôt esthète, se réunit sur une plage déserte le temps d’une marée. Le chef Alexandre Gauthier concocte un menu Terre / Mer : crustacés, tomates cerises en croute cuites à la braise, rôtisseries à la broche… Sur le sable, le designer culinaire Marc Bretillot dresse une table de fortune, qui finira balayée par les vagues…

Le récit-vidéo iodé, véritable mise-en-bouche, est suivi d’une invitation à déambuler dans les cuisines de Boffi pour découvrir le design de la scène et les trésors de la mer : ustensiles façonnés dans des coquillages ou reliefs du festin calcinés. Et aussi une installation en forme de retournement : La révolte des Homards Bleus. C’est la nature qui a raison !

Taken at the f(l)ood / Boffi  – D’days  / Jusqu’au 24 mai

D’Days – Tai Ping / De fil(s) et d’air – Elias Crespin

ddays-elias-crespin-taiping

Cette année, les D’days sont animés par la thématique du mouvement, en interprétation libre. Pour Tai Ping Carpets, Elias Crespin chorégraphie des formes en éloge à la lenteur. Son art cinétique subtil, repéré lors des expositions Dynamo (au Grand Palais) ou Turbulences (à l’Espace Culturel Vuitton) s’invite dans les salons de réception de l’Hôtel de Livry.

Slow design… Sous vos yeux, des structures légères de fils de fer entament une danse silencieuse, mues par un algorithme secret, codé par l’artiste. On reste suspendu à cet espace / temps où flottent des mouvements d’ondoiements, d’alignements, de distorsions et d’enchevêtrement des plans, ou de ruptures des lignes… Pendant 20 minutes, les figures s’étirent entre jeux chaotiques et ordres géométriques.

Au sol comme aux murs, les tapis commandés à l’artiste semblent recueillir ce mouvement séquentiel dans une harmonie de gris. Ombres portées projetant de multiples points de fuite… La surface tuftée laine et soie enregistre l’écriture de ce ballet tridimensionnel, s’ouvrant à toutes les perspectives. Une parenthèse moelleuse, en apesanteur.

Voir le site d’Elias Crespin      /   Voir plus de tapis Tai Ping

D’Days – De fil(s) et d’air / installation-présentation d’Elias Crespin – Hôtel de Livry jusqu’au 24 mai

Que la lumière soit ! – Fondation EDF

artichoke-henningsen.que-la-lumiere-soit-fondation-edf

Divine lumière… L’exposition Que la lumière soit ! déroule les fils du design d’éclairage et ses perspectives. Au commencement était l’invention de la douille et de l’ampoule. Au XXème siècle furent les écoles scandinave et italienne, brillant dans la création de suspensions et autres lampes d’architectes. La Fondation réunit sous vos yeux une collection impressionnante de luminaires iconiques : l’Artichoke de Pool Henningsen, la Moon Lamp de Verner Panton, la Parentesis des frères Castiglioni… Des flambeaux du XXème siècle devenus des classiques.

Tout est illuminé… Avec l’apparition des LED, la lumière se plie à toutes les formes et les usages, mais en mode basse consommation. Démonstration éclatante par le prototype  Lotus, de Dan Roosegaarde, une lampe d’ambiance dont les pétales réagissent à des capteurs pour diffuser la lumière avec parcimonie. Voir aussi l’installation de néons Chromosaturation de Carlos Cruz-Diez, qui pose le problème de la pollution lumineuse. La palme du recyclage va au lampadaire carnivore Lampshade Robot d’Auge et Loizeau, dont le rayonnement attire les mouches pour en tirer son énergie. Les imaginations peuvent s’enflammer et se projeter dans un avenir radieux !

Que la lumière soit ! Exposition à la Fondation EDF / Jusqu’au 31 aout

 

D’Days – Tai Ping / Du sol au plafond

D-Days-Sam-Baron-Foliage- TaiPing

Révolution de Palais à l’hôtel particulier où se loge la maison Tai Ping. Dans le cadre des D’Days, 10 propositions y sont scénographiées autour du tapis. Pour décoller définitivement du plan horizontal du sol en renouvelant les points de vue et les fonctions. Foliage, de Sam Baron, le maître de cérémonie, encadre la porte d’entrée. Comparable à un lourd rideau ou à un massif de feuillage grimpant, il vient ruisseler sur le perron. Une folie végétale en points ajourés et organiques. Avec Tree Trunk, Ryu Yamamoto convertit un tapis roulé en banc/tronc, où se lisent les strates du bois par delà les découpes à effet dégradé. Dogs Caprice, de David Raffoul, est une niche dédiée à un animal précieux. La cascade de Dean Brown, Reservoir Rug, démontre la capacité du tapis à se couler du mur au plancher comme entre vases communicants. Les jeunes designers de la Fabrica débordent d’idées !

D’Days – Tai ping  / Du sol au plafond – Sam Baron et la Fabrica – Jusqu’au 9 juin

En vie, aux frontières du design / Espace de la Fondation EDF

thomas-libertiny-vessel-d-days

Terrain fertile, l’Espace de la Fondation EDF présente en vie / alive, où prolifèrent les jeunes pousses d’un design en phase avec la nature. Tournés vers le futur, ces designers aux mains vertes, parfois bio-hackers, développent des protocoles mimétiques ou collaboratifs pour produire autrement l’essentiel (habitat, vêtement, voire même aliment).

Dès le premier coup d’œil, l’exposition est spectaculaire. Le jardin suspendu, luxuriant et féérique, de Philippe Beesley se déploie dans tout l’espace. Munies de milliers de capteurs, les corolles de plumes à portée de mains répondent à vos effleurements, ce qui stimule la croissance des protocellules placées dans les bulles de verre. Cette installation baptisée Radiant Soil développe les interactions favorables entre l’homme et la nature. Par votre souffle vous pouvez aussi contribuer à la culture d’algues nutritionnelles (bien qu’issues des égouts de Paris…) de l’arbre de vie Horthus.Paris. Un projet salutaire conçu par EcoLogicStudio.

Artisanat d’un nouveau type : l’artiste-designer Tomas Libertiny a su reprogrammer une ruche en embauchant 600 000 abeilles/ouvrières pour modeler un vase de cire. De son coté Suzanne Lee s’est adjoint le concours d’organismes bactériologiques pour générer tissus ou souliers vraiment stylés… Un voyage au centre de la biotechnologie. Visionnaire.

En vie – Aux frontières du design /  D’Days / Exposition à l’Espace de la Fondation EDF – Jusqu’au 1er septembre

Explorer l’exposition