Design Addict au VIA – La nouvelle vague d’édition française du design

design-addicts-via-3

Comment se développent les jeunes maisons d’édition françaises ? Quels parcours empruntent les jeunes pousses ? Quels sont les acteurs de la nouvelle vague française du design ? Dans une scénographie aux allures de village coloré sont réunies une trentaine de maisons, souvent jeunes. Chaque toit est surmonté d’une marque en toutes lettres, tandis que l’espace est meublée de pièces représentatives. Chaque maison abrite ses spécificités tant sur le plan du business modèle, que de celui de sa ligne éditoriale.

design-addicts-via-4

La plupart de ces maison se rejoignent sur un carrefour de valeurs : privilégier le made in France, comme la maison HARTÔ, qui défend aussi un design abordable pour le consommateur. Utiliser les ressources et les savoir-faire locaux. Ainsi, depuis 1981, la marque ALIKI a su donner un second souffle à un atelier basque en perte de vitesse en proposants des meubles Emea sculptés d’un seul bloc dans le bois massif. MAISONNÉE revendique la « citoyenneté industrielle » et s’attache à défendre « un design aimable » lisible dans ses objets sensibles. Beaucoup sont éco-responsables et s’engagent dans des circuits courts de distribution, à l’exemple du breton GAËL MANES.

design-addicts-via   design-addicts-via-2

L’âme d’une maison s’exprime à travers sa ligne éditoriale. La ligne poétique, définie dès 2009 par PETITE FRITURE,  invite à « savourer l’instant » et a su imposer ses vibrations décalées. Des designers reconnus (Constance Guisset, Noe Duchaufour Lawrence…) signent les créations et laissent leurs empreintes dans le style défendu par la maison. La réflexion sur les nouveaux usages et la façon d’occuper l’espace est un axe dominant pour UNTITLED STORY, qui réduit un portant de vêtement à un rail, ou une console à l’échelle d’un téléphone mobile. L’esprit parisien s’invite chez RED EDITION. STAMP détient l’exclusivité du moule Tam-Tam, et réédite ce meuble-culte des années 70 avec des déclinaisons infinies

post-triskel-galerie-mica   vases-weight-specimen

L’orientation luxe et le recours à l’artisanat d’art sont des tendances porteuses. Clairement affichées par HERVET MANUFACTURE, HEYMANN ou l’estampille RT (pour RAPHAËL THOMAS ÉDITION), dont le mobilier a vocation de « traverser les années ». Certaines maisons se construisent sur modèle la galerie d’art (une voie ouverte par Kréo). Une partie de l’offre de GALERIE MICA, fondée en 2001, est constituée par des séries limitées à 8 exemplaires. SPECIMEN fait cohabiter cette option avec des séries plus larges et prend un nouveau tournant depuis son association avec Modelec. BIBELO, pure player du web, édite des séries courtes de 300 pièces et renouvelle tous les 6 mois ses collections.

line-up-le-point-d

La plupart des maisons ont intégré des stratégies digitales de développement, notamment avec la vente en ligne. LE POINT D se développe autour d’un processus de fabrication collaboratif à tous les niveaux de la chaîne : le consommateur est impliqué d’emblée dans une commande responsable, il peut personnaliser son modèle au niveau des choix de couleurs et de matières, le visualiser dans son environnement avec les techniques de réalité augmentée. L’étape de fabrication se déroule sur rendez-vous dans un FabLab.

Dans la mise en perspective de cet écosystème du design, la créativité joue comme un levier de développement. Design thinking à tous les étages !

Design Addicts – la nouvelle vague d’édition française du design – Exposition la galerie du VIA – Scénographie : Elise Fouin – accès libre / jusqu’au 29 novembre

Galerie du VIA : large vitrine sur les tendances du design

labels-VIA-2015

Très attendue, l’exposition inaugurale de la nouvelle galerie du VIA ! Le VIA (Valorisation de l’Innovation de l’Ameublement) a quitté les arcades du Viaduc des Arts pour s’installer dans l’immeuble de l’Ameublement Français, avenue Ledru-Rollin. Largement ouvert sur la rue, l’espace a gagné en amplitude. Une belle vitrine sur les tendances du design !

galerie-via-design

En 2015, le VIA a décerné 34 labels. Ils distinguent des produits innovants repérés sur des salons professionnels ou parmi les dossiers reçus chaque année. Cette exposition permet d’apprécier les synergies entre les designers et les fabricants, avec une constante, l’innovation. Que ce soit dans l’usage et la fonction, l’utilisation des matériaux et des techniques ou la stratégie de commercialisation.

Extension du domaine des matériaux. Le bureau Inside World  – conçu par Noé Duchaufour Lawrance et édité par Cinna – est entouré d’un rebord en feutre, ce qui permet à l’utilisateur connecté de se calfeutrer dans sa bulle.Thierry d’Istria mise aussi sur les capacités isolantes du feutre pour un mobilier destiné à l’hôtellerie : paravents ou têtes de lit Frizz optimisent le confort phonique. Un nouvel archétype de la table de bistro époque XIXème est présenté en version légère par la société Retegui et le designer Jean-Louis Iratzoki. En réalité, l’âme de la matière est en nid d’abeille, recouverte de fines feuilles de marbre rose, blanc, gris ou noir.

via-chaises-ciel-T14

Chaises Ciel! et T14 – piètements déclinables

Transpositions multiples. La coque originelle de la chaise Ciel! Conçue par Noé Duchauffour Lawrance pour le restaurant du dernier étage de la Tour Montparnasse se décline en différents garnissages et pas moins de 5 piétements différents pour répondre aux usages d’un bureau, d’une salle d’attente, d’un restaurant… Un design raisonné. Le designer Patrick Norguet pousse Tolix, spécialiste de l’acier, vers le bois massif comme une alternative pour produire les pieds de la chaise T14. Une première pour ce fabricant.

Balka (détail) - G. de Lafforest

Balka (détail) – G. de Lafforest

Luxe oblige. Le travail de la matière est remarquable dans la dans la collection Les Nécessaires, issue de la collaboration du designer Philippe Nigro avec  la Maison Hermès. Le gainage en cuir du serviteur / psyché Groom est totalement maîtrisé et reflète tout l’art d’un sellier d’exception. D’inspiration organique, le meuble Balka de Grégoire de Lafforest marque les esprits. Les typologies sont bouleversées : console, vide-poche, objet de nécessité ? Une faille usinée sur le plateau de bois noble permet d’insérer ses clefs, de la menue monnaie ou d’autre trésors. Ces objets glissent en douceur pour être avalés dans un réceptacle de cuir rappelant le goître d’un pélican. Coup de coeur !

Une démonstration convaincante de la créativité hexagonale.

Plus d’information

Labels VIA 2015 – galerie VIA / exposition de design jusqu’au 7 novembre – entrée libre