The Olfactive Project / Ophone and The Virtual Coffee – Le Laboratoire

olfactive-project-ophone-virtual-coffee-le-laboratoire

The Olfactive Project donne de nouvelles couleurs au café : bleu / rouge / vert / beige. Derrière ces codes vous pouvez humer les quatre facettes d’une odeur universelle, soit cacao / jasmin / vanille / feu de bois. Jeux de correspondance et reconnaissance à l’aveugle dans la pénombre des isoloirs… Du point de vue d’un maître parfumeur, le monde des odeurs repose sur un alphabet combinable à l’infini. C’est la première clé donnée par l’exposition du Laboratoire.

Changement d’approche dans le deuxième espace où vous testez d’autres façons de ressentir les arômes. Vous prendrez bien un nuage de café ? C’est sous cette forme vaporeuse que le Whaf sublime la matière par une explosion de saveurs en bouche. Autre expérience : l’Aérochef conçu avec Thierry Marx, chef de file de la cuisine moléculaire, imprègne vos papilles d’une poudre infinitésimale. Des pépites torréfiées. Les autres dégustations prennent une forme plus classique selon un mode de concentration crescendo : café préparé au siphon, puis expresso… Toutes vos perceptions sont affinées.

Pour savourer un petit noir d’un nouveau type, prenez place au café virtuel dans un décor réduit à sa plus simple expression (tables, chaises et plateaux). Vous êtes à présent pleinement réceptif à la démo d’un émetteur/récepteur olfactif. L’Ophone est un nouveau terminal de communication sensorielle au format de poche. Il encapsule des composants élémentaires dans une bande de cire puis les restitue en fonction des informations transmises. Le développement de ce prototype à été mené par David Edwards, fondateur du Laboratoire, Ryan Spinoglio, expert en café chez Toby’s Estate, Carsten Nicolaï, artiste berlinois et Olivier Pescheux, maître-parfumeur chez Givaudan.

Demain, on pourra encoder une substance aromatique ou une bouffée d’émotion, pour l’envoyer comme un SMS. Vibrant !

Ophone & The Virtual Coffee / Acte 1 of the Olfactive Project – Le Laboratoire / jusqu’au 15 septembre

Figures Studies / David Michalek

FigureStudies- DavidMichalek-LeLaboratoire

Jusqu’où va la lenteur ? Pour la beauté du geste, David Michalek capte le mouvement au ralenti, à la cadence de 3000 images/seconde. Soit l’étirement d’une séquence filmée de 5 secondes sur 10 minutes. Le temps semble en suspension…

Au Laboratoire, les projections de Figure Studies confrontent la technicité de professionnels en action, danseurs et sportifs, à la gestuelle quotidienne, par exemple arroser des plantes. L’amorce du mouvement devient lisible à une échelle infime, ainsi que tout travail des chaînes musculaires : torsion, extension, relâchement… Dans cet autre espace-temps, la perception est démultipliée.

Par l’image fixe, Muybridge avait révélé des positions intermédiaires invisibles à l’œil nu. On a tous en mémoire le cycle de progression du cheval au galop, et le moment où il décolle totalement du sol. Ces photos, en leur temps, ont tenu lieu de preuve scientifique. Aujourd’hui, David Michalek exploite la haute-technologie pour nous montrer l’intelligence du corps humain. A la suite de Slow Dancing (2007), une captation du New York City Ballet, ce nouvel opus sonde des territoires inconnus et intimes. On est au-delà de l’étude bio-mécanique. Avec émotion, on contemple le déplacement d’une belle jeune femme assujettie à une prothèse ou une mère qui berce son enfant. Des modèles bien vivants. Hypnotique…

Voir : Vidéo du Laboratoire

Figure Studies – David Michalek / Le Laboratoire / ouvert du vendredi au lundi 12h-19h / jusqu’au 6 janvier