Oracles du Design / La Gaîté Lyrique

oracles-du-design-gaite-lyrique

Lorsqu’une grande prêtresse des tendances se penche sur la collection de design du CNAP, les objets se mettent à parler et nous livrent leurs augures. Invitée en tant que commissaire d’exposition, Li Edelkoort nous montre un design entre art divinatoire et science prédictive. Au delà de son statut d’icône, chacune des pièces présentées nous dévoile un peu de son âme, de ce qui a animé sa création et son projet. Conformément à ses méthodes de travail, Li Edelkoort regroupe les objets par signaux et affinités pour qu’ils dialoguent selon leurs humeurs. Archaïque – Nomade – Abstrait – Naïf – Curieux – Simple – Gonflé – Organique – Humble – Mutant : 10 grands courants émergent.

La scénographie nous invite à perdre nos repères habituels en considérant l’objet dans son ensemble, plutôt que dans son individualité. Ainsi des formes potelées, figuratives ou absurdes conversent dans un premier espace monochrome noir : le fauteuil Big Easy de Ron Arad, le tabouret Osselet de Jacques Jarrige, la lampe Lounge Gun de Philippe Starck. Dans la section Gonflé, le canapé capitonné Ploum des frères Bourroulec rencontre la chaise gonflable Vaacum Cleaner de Jurgen Bey, qui puise son souffle vital dans l’air rejeté par un aspirateur. Le nomadisme s’installe dans les mentalités avec des objets comme la lampe baladeuse Mayday de Konstantin Grcic et la lampe à poser Fire Kit des 5.5 Designer, visible au milieu d’un ensemble de chaises et d’assises pliantes. Des formes mutantes comme la chaise Solid de Patrick Jouin ou le vase Fast de Cédric Ragot, traduisent les nouvelles possibilités techniques pour mimer le processus-même de la vie. Ces visions de long terme nous renseignent sur notre vie quotidienne. La Gaîté Lyrique devient un temple du design.

Oracles du Design / La Gaîté Lyrique – Exposition de la collection du Centre National des Arts Plastiques, sous le regard de  Li Edelkoort – jusqu’au 16 aout

Plus d’info

The Edelkoort Design Collection – Institut Néerlandais

the.edelkoort.desin.collection

On ne présente plus l’influente Li Edelkoort dont l’œil exercé détecte les tendances de demain. Fondatrice du bureau de style Trend Union, elle a aussi dirigé pendant 10 années, la Design Academy Eindhoven, un vivier de précurseurs du design néerlandais. Cette semaine, dans le cadre de la Design Week, on afflue rue de Lille vers l’exposition de sa collection privée, centrée sur le design de la première décennie du siècle. Un ensemble visionnaire et révélateur de ses partis-pris

La scénographie favorise les recoupements des matières et des concepts. Ainsi, elle fait la part belle au cocon, dont on déroule le fil à travers différentes pièces : un fauteuil ovoïde en fine lattes de bois entrelacées, édité par Capellini, la chaise mutante Evolution de Nacho Carbonel, munie d’un appendice protecteur de papier maché, une table / chaise de Jurgen Bey recouverte d’un voile textile laiteux…

Li Edelkoort soutient les choix radicaux : les frères Campana dans leurs rapport au recyclage et à l’artisanat, Marteen Baas à qui elle a confié son propre piano à queue pour passer à l’épreuve du feu… Voir l’impressionnant Smoke Piano carbonisé, en état de marche ! Elle défend l’idée d’un design façonné par la main de l’homme. Témoin, cette série des 7 pots / 3 siècles / 2 matières de Hella Jongerius, fusionnant les époques et portant une empreinte de pouce en signature. Les acquisitions du paravent de Studio Job ou du banc / vache Belinda montrent son attachement au monde animalier.

Pièce emblématique : le fauteuil gonflable Pump it up de Nacho Carbonell rattaché par cordons ombilicaux à des formes de latex. En s’asseyant, le poids du corps communique un souffle vital à ces avatars / animaux de compagnie. Une façon émouvante de démontrer que le design est relié à l’humanité.

The Edelkoort Design Collection – Design Week – Institut Néerlandais – Jusqu’au 27 octobre