Pablo Reinoso – Un monde renversé / Maison de l’Amérique Latine

Pablo Reinoso Un Monde Renversé Maison de l'Amérique Latine

Franco-Brésilien, Pablo Reinoso cultive une double appartenance au design et à la sculpture, questionnant  alternativement les rôles de ces disciplines. Il est actuellement l’invité de la Maison de l’Amérique Latine et son œuvre prend possession des murs, en respirant à l’unisson…

Ceci n’est pas une copie conforme ! Le sculpteur s’assoit sur une icône du design industriel, la Chaise Thonet 14, fabriquée en grande série au XIXème siècle. En respectant le mode de fabrication, en cintrant le bois sous l’action de la vapeur, il créé des modèles dérivés, instables, parfois imbriqués, et juste impossibles à utiliser. Il revisite ainsi tout le catalogue Thonet, jusqu’au fauteuil à bascule, puis le livre à la chorégraphe Bianca Li pour une confrontation physique. Voir la vidéo Thonetando, une mise en abîme drôle et absurde.

Pablo Reinoso applique aussi les techniques de la manufacture Thonet à la reconstitution de tableaux de maître. Résultat : des épures aux courbes serpentines débordant des cadres et envahissant l’espace.Traité de la sorte, le banc de la série Spaghetti, Retour Végétal, semble envahi de jeunes pousses contrariant sa fonction d’assise, comme si la nature reprenait ses droits et réinsufflait une seconde vie à la matière. La boucle est bouclée. Un cycle décisif est amorcé avec l’installation Ashes to ashes.

Sous l’action du sculpteur / designer, le bois se plie à de nouvelles postures, les poutrelles d’acier deviennent de longs rubans et se tordent pour dessiner des bancs aériens, organisés selon des circuits inattendus. Sinuosités gratuites et gracieuses. Une pièce circulaire spectaculaire, le Banc Saint Germain conçu in situ, est visible dans la cour ovale de l’Hôtel Amelot de Gournay. C’est l’œuvre d’un magicien de la matière.

Pablo Reinoso – Un monde renversé / Maison de l’Amérique Latine – Jusqu’au 5 septembre

Site de du designer

Gego – Poétique de la ligne / Maison de l’Amérique Latine

Gego-maison-de-l-amerique-latine

Pour pénétrer l’œuvre d’une artiste vénézuélienne majeure, poussez les portes de la Maison de l’Amérique Latine, qui héberge en ce moment l’œuvre de Gego.

Tout comme son compatriote Jesus Rafael Soto, cette artiste de la deuxième moitié du XXème siècle opère dans la mouvance de l’art cinétique. Elle implante dans l’espace des champs de forces matérialisées par des réseaux métalliques qui se déplient et se prolongent dans leurs ombres portées. Les Chutes réticulaires et autres et Reticularéas s’articulent en des formes complexes, tissées de filaments métalliques et nœuds rhizomatiques.

Sur le fil de l’architecture et du graphisme, Gego expose des Dessins sans papier dont le point de mire est un jeu savant entre ombres linéaires, tensions spatiales et armatures de métal en suspension. En état d’instabilité permanente, son œuvre architecture d’imperceptibles vibrations. La résille d’un grillage chiffonné s’anime : la sculpture Bestiole N°87/10 et nous donne des antennes pour déceler les moindres variations de l’air ambiant. Une expérience arachnéenne…

Gego – Poétique de la ligne / Maison de l’Amérique Latine – Jusqu’au 14 Mai