D’Days – Tai Ping / De fil(s) et d’air – Elias Crespin

ddays-elias-crespin-taiping

Cette année, les D’days sont animés par la thématique du mouvement, en interprétation libre. Pour Tai Ping Carpets, Elias Crespin chorégraphie des formes en éloge à la lenteur. Son art cinétique subtil, repéré lors des expositions Dynamo (au Grand Palais) ou Turbulences (à l’Espace Culturel Vuitton) s’invite dans les salons de réception de l’Hôtel de Livry.

Slow design… Sous vos yeux, des structures légères de fils de fer entament une danse silencieuse, mues par un algorithme secret, codé par l’artiste. On reste suspendu à cet espace / temps où flottent des mouvements d’ondoiements, d’alignements, de distorsions et d’enchevêtrement des plans, ou de ruptures des lignes… Pendant 20 minutes, les figures s’étirent entre jeux chaotiques et ordres géométriques.

Au sol comme aux murs, les tapis commandés à l’artiste semblent recueillir ce mouvement séquentiel dans une harmonie de gris. Ombres portées projetant de multiples points de fuite… La surface tuftée laine et soie enregistre l’écriture de ce ballet tridimensionnel, s’ouvrant à toutes les perspectives. Une parenthèse moelleuse, en apesanteur.

Voir le site d’Elias Crespin      /   Voir plus de tapis Tai Ping

D’Days – De fil(s) et d’air / installation-présentation d’Elias Crespin – Hôtel de Livry jusqu’au 24 mai

Publicités

D’Days – Tai Ping / Du sol au plafond

D-Days-Sam-Baron-Foliage- TaiPing

Révolution de Palais à l’hôtel particulier où se loge la maison Tai Ping. Dans le cadre des D’Days, 10 propositions y sont scénographiées autour du tapis. Pour décoller définitivement du plan horizontal du sol en renouvelant les points de vue et les fonctions. Foliage, de Sam Baron, le maître de cérémonie, encadre la porte d’entrée. Comparable à un lourd rideau ou à un massif de feuillage grimpant, il vient ruisseler sur le perron. Une folie végétale en points ajourés et organiques. Avec Tree Trunk, Ryu Yamamoto convertit un tapis roulé en banc/tronc, où se lisent les strates du bois par delà les découpes à effet dégradé. Dogs Caprice, de David Raffoul, est une niche dédiée à un animal précieux. La cascade de Dean Brown, Reservoir Rug, démontre la capacité du tapis à se couler du mur au plancher comme entre vases communicants. Les jeunes designers de la Fabrica débordent d’idées !

D’Days – Tai ping  / Du sol au plafond – Sam Baron et la Fabrica – Jusqu’au 9 juin