Medusa, bijoux ou tabous ?

expo-medusa-ruby-lip

Si vous cherchez la perle rare parmi les expositions parisiennes du moment, vous visiterez Medusa Bijoux et tabous avec les yeux brillants. Et vous ne regarderez plus jamais les colliers, bracelets ou autres bagues de la même façon. Il est des bijoux que l’on arbore, d’autres que l’on exhibe, d’autres que l’on se refuse à enlever, d’autres que l’on offre rituellement… Toutes ces facettes, et d’autres plus transgressives, sont présentées à travers un ensemble de plus de 300 pièces.

serpent-cartier

Quatre sections scrutent à la loupe le statut des bijoux, depuis de rares specimens archaïques jusqu’aux créations contemporaines. Identités et subversions met l’accent sur les codes de reconnaissance – Valeurs et contre-valeurs réunit des pièces de joaillerie comme de la pacotille – Corps et sculpture oscille entre les ornements au service du corps et l’émancipation des formes dans le bijou d’artiste – Rites et fonctions invoque la pensée magique ou l’usage dont sont investit certains bijoux.

expo-medusa-jealous-husband

Laissez-vous guider par ce discours savant sur les parures, ou par vos coups de cœur et votre étonnement face à des modèles inoubliables. Le sautoir de Gabrielle Chanel, réédité par Karl Lagerfeld, qui habille une tenue toute entière. Le vénéneux et tentateur « Collier Serpent » de la Maison Cartier. Un collier d’esclave du 19ème et une version moderne de Louise Bourgeois. « L’Étoile filante » de Chanel Joaillerie, qui s’affranchit des lignes classique du collier en dégageant le cou. Une contraignante coiffure perlée de dame de la dynastie Qing. Les broches « Oiseau en cage » et « Étoile jaune » de Cartier qui témoignent des heures sombres de la deuxième guerre mondiale. Un collier de nouille à haute valeur sentimentale. Des bijoux-prothèses comme cette extension de bec de pigeon, qui donne à un volatile commun des allures de rapace. Les importables bijoux de langue d’Emmanuel Lacoste. Une fleur toxique de Victoire de Castellane, reposant sur un coussinet de pierre. Un collier pour enfant en ambre, aux vertus supposées protectrices et une série d’amulettes. Les tubes perlés de Hubert Duprat ouvragés minutieusement par des insectes. Des bagues à poisons, à parfum, à eau, à tricheur… Et tant d’autres joyaux dont certains vous laissent pétrifié !

Medusa, bijoux et tabous – Exposition au Musée d’Art Moderne de Paris – Jusqu’au 5 novembre

© Les photos sont issues du site du Musée D’Art Moderne

Rester à l’affût au Musée de la Chasse et de la Nature

4. Cabinet de la Licorne

Laissez palpiter vos narines, dressez l’oreille et habituez vos yeux à la semi-pénombre. Vous êtes en condition pour visiter le Musée de la Chasse et de la Nature. Vos trophées : 4 parfums composés par Antoine Lie…

Article à lire sur le site de The Fragrance Foundation France

Comment naissent les parfums ?

Emilie Coppermann-the-different-company

Est-ce devant l’orgue à parfums ?  Sur des terres reculées ? Ou bien aux confins de l’imagination ?

Partons à la rencontre de 3 parfumeurs-créateurs qui racontent comment ils ont travaillé pour la maison de haute-parfumerie The Different Company...

Article à lire sur le site de The Fragrance Foundation France

Strings de Keita Mori, panoramique sous haute-tension

strings-keita-mori-2

Rive Droite, ouverture du Drawing Lab, un vaste espace de 150 m2 consacré au dessin contemporain. Ce white cube est directement rattaché au Drawing Hôtel, créant une porosité bienvenue entre arts graphiques et art de vivre. Le salon de thé qui s’ouvre sur un patio paysagé est bien tentant après la visite de l’expo…

strings-keita-mori

L’exposition inaugurale Strings de Keita Mori fait écho au travail de Chiharu Shiota au Bon Marché Rive Gauche (prolongé jusqu’au 2 avril). Le fil textile est le medium commun qui relie ces 2 artistes japonais. Tous deux ont une capacité incroyable à s’emparer de l’espace et à le transformer en utilisant ce modeste moyen. En tendant des fils de soie, de coton ou de laine, qu’il fixe avec un pistolet à colle, Keita Mori déroule sur les murs des paysages architecturés, qui prennent corps par les effets conjugués de la perspective et de la projection axonométrique. Ces espaces construits de façon elliptique mettent à plat la troisième dimension et perdent l’œil dans des lignes fuyantes, éclatées.

strings-keita-mori-3

Dans cette fresque panoramique en trompe l’œil, la réalité tient à un fil. Keita Mori détricote une couverture en point mousse, une chemise à rayure ou d’autres effets personnels abandonnés par les migrants pour dessiner le planisphère de notre monde en pleine reconfiguration. Une vision tout en tension et en fragilité.

Découvrir le Drawing Lab

Strings – Exposition de Keita Mori / Entrée libre au Drawing Lab, 17 rue de Richelieu – Paris 1er – Jusqu’au 20 mai

strings-keita-mori-5strings-keita-mori-drawing-lab

Se laisser porter par la vague de Chiharu Shiota au Bon Marché

 

chiharu-shiota-bon-marche-6chiharu-shiota-bon-marche-2   chiharu-shiota-bon-marche   chiharu-shiota-bon-marche-4

Where are we going ? Chiharu Shiota nous embarque dans ses mondes flottants, installés sous les verrières du Bon Marché. Une flotille d’embarcations légères, frêles esquifs fantomatiques, semble s’orienter vers le point culminant d’une vague déferlante. Métaphore d’une fuite en avant ? « La vie est un voyage sans destination », murmure cette artiste sensible, qui a représenté le Japon à la Biennale de Venise en 2015. Contre vents et marées, elle trace sa route obsessionnelle dans des œuvres de patience. Chiahru Shiota tend des fils entre des points invisibles, connecte les âmes et nous guide vers d’autres rives.

chiharu-shiota-le-bon-marche   chiharu-shiota-bon-marche   chiharu-shiota-bon-marche-5

Ancrée dans la terre ferme, la sculpture de fils immaculés Memory of the Ocean fait écho aux fluctuations de Where are we going ? Cette installation en forme de passage immaculé nous engloutit tout entier dans sa matrice, nous submerge de sensations pures et nous aspire dans des divagations sans fin, à la recherche d’une mémoire dissoute dans l’écume marine. Suivre le fil.

Where are we going ? Chiharu Shiota – Installations dans le grand magasin et ses vitrines – Créations originales pour le Bon Marché / jusqu’au 18 février

Premiers pas dans Le Grand Musée du Parfum

grand-musee-parfum-inauguration

Ce lieu très attendu valorise le parfum sous toutes ses formes dans une scénographie sensorielle. Accompagnez-moi dans ces premiers pas à travers le Grand Musée du Parfum, avant l’ouverture au public dès le 16.

Article à lire sur le site de Fragrance Foundation France

L’art et la matière

Bee-Vik-Muniz-Guerlain.JPG

Cherchez l’abeille dans un tableau de corolles fraîches ! Humez des accords de fleurs, de vanille et de fève tonka qui rappellent les guerlinades. L’exposition  » Matières – Voyages aux frontières de l’invisible » est à découvrir en ce moment à la boutique Guerlain des Champs Elysées.

Article à lire sur le site de la Fragrance Foundation France .

Un grand artiste expose dans un grand magasin : Air de Jeux

Ai-Weiwei-air-de-jeu_2Êtes-vous allés récemment au Bon Marché ? L’alibi des soldes est léger à coté de l’Air de Jeux / Erxi,  une installation céleste d’Ai Weiwei, figure majeure de la scène artistique chinoise indépendante.

Comme par enchantement, des créatures ont surgi du Shanhaijing (ou Classique des Monts et des Mers), venues des confins de la mythologie chinoise. Elles ont pris possession des verrières centrales du Bon Marché, et flottent en apesanteur au-dessus des parfums. L’œil occidental a du mal à identifier ces quadrupèdes, dragons, poissons volants et autres esprits en suspension dans l’air. Mais se laisse prendre au jeu… Ces 22 formes fascinantes empruntent aux techniques séculaires de l’art du cerf-volant. Elles sont constituées d’une frêle armature de bambou et recouvertes d’un papier de soie délicat. L’œil reste suspendu à ces êtres chimériques venus de mondes parallèles, qui nous guident au firmament tout au long des escalators…Ai-Weiwei-air-de-jeu1Au rez-de-chaussée, un Dragon aux quatre segments prodigue symboliquement énergie, réconfort et espoir tandis que sur un écran plat, Ai Weiwei nous éclaire en nous transmettant les racines de son art. L’enfilade des 10 vitrines de la rue de Sèvres nous transporte dans un enchevêtrement de formes qui mettent en abîme ses œuvres ou performances antérieures ainsi que des motifs empruntés à Marcel Duchamps. On y décèle aussi des symboles utilisés pour contourner la censure chinoise sur les réseaux sociaux et brouiller le jeu. Sous cet air de jeu et cette apparente fragilité se livrent alors l’armature inflexible et les règles de cet art.

Air de Jeux  / Erxi – Exposition d’ Ai Weiwei / accès libre au Bon Marché – Jusqu’au 20 février

Aperçu des vitrines 

Ai-Weiwei-air-de-jeu

Sprays de couleurs et de parfums

JononexguerlainJPG.JPG

Quand le street art entre dans les murs de la Maison Guerlain des Champs Elysées, les sprays de JonOne télescopent les sprays du flacon aux abeilles…

Article à lire sur le site de la Fragrance Foundation

Promenade Bucolique place Vendôme

chaumet-promenade-bucolique

La Maison Chaumet ouvre les portes de son jardin secret, en proposant l’accès à son fond de collections de joailleries, photographies anciennes et gouaches préparatoires, précieusement conservés. Ce Musée Ephémère démontre avec éclat la pérennité du style Chaumet. Il germe dès la période romantique sur le terreau de l’inspiration naturaliste et trouve de brillants prolongements dans les créations contemporaines !

Ombellifères, inflorescences, ramifications, la forme des parures joue sur le mimétisme mais réserve bien des surprises, comme ce rameau d’un « devant de corsage » qui peut se décomposer en broches, clips et boucles de chaussures… Sur une broche très réaliste, les étamines de fleurs de fuchsia sont des diamants briolettes montés en pendeloques. Le langage des fleurs s’enracine partout, dans une parure ornée de lierre, dans un diadème semé de pensées, ou un bracelet de marguerites dont les pétales étalonnent le degré de l’amour porté. Dès le siècle dernier, la Maison greffe du corail ou de la nacre sur les bijoux d’or et de pierres précieuses. La passion de la nature s’incruste dans toutes ces collections.

chaumet-musee-ephemere-promenade-bucolique

L’inspiration bucolique s’épanouit pleinement dans les prestigieuses commandes de Joséphine, épouse de Napoléon connue pour être une passionnée de botanique. L’épi de blé qui orne son diadème impérial est un motif symbolique, qui ressurgit aujourd’hui dans une nouvelle interprétation. Les insectes tiennent leur rôle dans l’écosystème naturel de la Maison. La collection de haute joaillerie Jardins de 2015 rend hommage aux abeilles dans une coulée de tons miel composée de saphirs jaunes, citrines, grenats mandarins… Des pièces rares à cueillir des yeux.

Un premier pas dans le Musée Ephémère

Promenade Bucolique – Au Musée Éphémère de la Maison Chaumet / Jusqu’au 30 janvier